samedi 19 avril 2008

ce matin vers 13h je consulte comme tous les jours que dieu fabrique ma page Netvibes, ainsi d'un seul coup d'oeil je peux voir mes mails, la météo dans ma ville, les nouveaux articles de blog que je lis, les titres du monde et de libération. dans l'onglet libération je tombe sur "650 passagers d'un Eurostar bloqués toute la nuit dans le Nord" et comme à chaque fois que j'apprends une telle nouvelle je ne peux m'empêcher d'envier chacun des passagers qui a eu la chance de voir ses projets reportés le temps de quelques heures qui se sont vite transformées en une nuit entière. peut-être que j'idéalise comme on pourrait idéaliser l'amour après avoir vu "moulin rouge" mais l'idée d'être bloquée et de ne pouvoir rien faire d'autres que parler à des gens autour de nous, ou pourquoi pas tomber amoureuse, me réjouit trop. d'ailleurs quand il m'arrive d'être dans une rame de métro ou dans un wagon de transilien avec pas loin un garçon qui a toutes les chances d'être fait pour moi, j'invoque l'esprit du chemin de fer pour m'accorder le temps de faire mes preuves, tant pis pour les yuppies en mousse qui seront en retard et pour les autres qui aiment juste que les choses aillent vite même quand rien ne les attend au bout.
Bien sûr ça marche rarement comme je le souhaite, pour en rajouter le mec descend avant moi et ça me vexe toujours un peu, s'il m'aimait vraiment il me suivrait jusqu'à que je rentre chez moi et reviendrait le lendemain et reviendrait d'ailleurs tous ces fameux jours que dieu fabrique.
alors voilà, 650 passagers qui ont aimé se plaindre toute une nuit et qui seront remboursés, moi ça me fait dire que quand on n'arrive pas à réunir les gens, avec tout ce que ça implique comme discussions et complicité naissante : il faut employer les grands moyens.

je vois dans cette nouvelle l'unique façon de réaliser mon fantasme de rassemblement, un woodstock à petite échelle, quelques CD et des knacki balls, rien de très fou

2 commentaires:

ashorlivs a dit…

Encore plus enviables : les employés de bord, qui en plus ont été payés et seront compensés pour avoir passé cette excellente nuit.
S'ajoutent ajoute aux rencontres improbables les montées d'adrénaline semi-professionnelle que ces employés ont ressenti, ça a du être génial, parfois j'aimerais avoir un de ces métiers mal payé dont pas grand monde ne veut et personne ne parle.

Murielle a dit…

tu penses plus loin que moi, je les avais complètement oublié alors que dans l'histoire ce sont eux les rois.