jeudi 25 septembre 2008

Aujourd'hui avec les filles on a mangé chinois, on avait encore trois heures de trou, on a trois heures de trou le mardi, le mercredi et le jeudi, le lundi on a deux heures, ça nous fait gaspiller plus d'argent que prévu tout ces trous et ça demande un peu d'organisation, il faut réfléchir la veille à ce qu'on s'apprête à faire le lendemain pendant ces 3 heures, si on va manger ensemble, si on va au cinéma il faut trouver un film qui concorde avec ce temps libre, si on rentre chez nous, si on en profite pour faire nos devoirs, si on compte traîner, rendre un truc dans un magasin, bref, de l'organisation.
Ces trois heures de trou ce n'est pas vraiment du temps de repos, le vrai repos c'est quand la journée finit vraiment, et là on est plutôt dans l'attente du cours prochain, tuer le temps en attendant, alors on ne se sent pas tout à fait le droit de se reposer, de parler avec ce relâchement qui caractérise nos discussions du week-end. le week-end est un truc à part, il y a un état d'esprit pour le week-end.

en fait il fallait que je passe par l'ugc, la veille un évènement de grande importance s'est produit : j'ai perdu mon portefeuille après la séance d'Entre les murs.

>>>>>>>>>>>>>flashback>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>
En fait, après la séance j'étais un peu excitée à cause du film, c'est souvent comme ça avec des films que j'aime, il faut que j'évacue quelque chose, que je parle à quelqu'un, que je danse, je sais pas, l'enthousiasme à la rencontre d'une bonne chose. donc j'étais partie acheter des livres pour évacuer. une fois dans la queue du virgin c'est bientôt mon tour alors je cherche mon portefeuille et je le trouve pas, je pose en catastrophe les livres et je repars à l'ugc, et bien sûr y'a toutes sortes d'enculés qui me barrent le passage sur les escalators. Là-bas la nana me laisse passer pour chercher, j'y vais, la salle est assez pleine, je ne fais que demander à une personne qui se situait approximativement vers mon ancienne place, le mec me dit non, il avait un piercing en forme de pique sur le pli du menton. après je repars, je suis trop timide et je déteste par dessus tout déranger les gens, je veux dire, tu vas au cinéma 1) pour voir le film, 2) pour être un peu tranquille, "laissez moi seul et silencieusement dans le noir que je réfléchisse à tout ça, ah tiens, on diffuse un truc sur l'écran, je pense que je vais regarder."
je reviens, ils ont déjà renouveler l'équipe devant l'entrée alors je demande à une autre nana s'ils ont pas trouvé un portefeuille, elle est plus coule et elle vient avec moi chercher dans la salle, à deux nous sommes plus fortes.
le problème c'est que la séance commence et au moment où on se dirigeait vers ma place le film commence, elle me dit qu'on doit sortir, j'imagine qu'elle n'a pas le droit de déranger les gens pendant la séance, ça me parait tellement respectable que je la suis. j'allais quand même pas faire de grands gestes devant l'écran "HE HO ARRETEZ TOUT BORDEL, j'ai perdu mon portefeuille, on va se concentrer deux minutes sur mon problème s'il vous plaît histoire de me soulager d'un poids et ensuite on pourra commencer la séance, soyez sympas les mecs, c'est presque rien, je vais juste demander à cette rangée-là et celle-ci aussi parce que j'hésite entre les deux, de se baisser histoire voir si y'a pas un portefeuille noir qui traînerait par terre, oui je pense qu'on va rallumer, le mec en haut, on peut rallumer?".
elle m'a dit que je pouvais revenir après la séance, je lui ai demandé si je pouvais revenir demain, elle me disait oui, elle aimait bien aussi dire "pas de problème, pas de problème, ne vous inquiétez pas, ne vous inquiétez pas", c'est ce que je voulais entendre, elle était assez professionnelle je trouve. je lui ai dit
"bon y'avait que 20 euros, ça va",

"oui mais c'est quand même 20 euros + rires"
haaan, elle était encore plus impliquée que moi.

dans le bus je fais la liste mentale des choses que j'aurai préféré perdre à la place de mon portefeuille

ma bouteille d'eau OUI
ma pochette avec mes trucs OUI sûrement
mon livre OUI
mon carnet à idées HORS DE QUESTION, ce n'est pas tellement remplaçable
mon écharpe (lol) NON

un portefeuille c'est peut-être essentiel mais pas irremplaçable, voilà ce que j'en dis, une carte de retrait, une carte UGC ça se refait, une carte d'identité aussi, ça met du temps, ça fait chier, mais ça se refait et en une semaine nous voilà reparti pour une nouvelle vie.
sur le trajet à pied j'ai besoin de me confier à quelqu'un alors j'appelle ma mère pour lui annoncer la nouvelle, elle chuchote, je comprends pas encore pourquoi "allo maman? tu m'entends? pourquoi tu chuchotes? j'ai perdu mon portefeuille au cinéma, tu m'entends? ALLO? bon, bon, de toute façon j'arrive, bon je te raconterai après, bye."
en fait c'était parce qu'elle était à ses cours d'anglais alors je lui en voulais pas mais quand même, je crois que quand ma mère est pas "à ma disposition" ça me fait un peu chier, ça m'irrite.


à la maison j'ai mangé des frites en réfléchissant et j'ai décidé de pas trop en parler sur le forum pour pas que ça me foute la poisse et que je finisse par ne pas le retrouver, je sais pas, maintenant je commence à être trop comme ça, à faire gaffe, je crois que ça marche. enfin au moins s'il m'arrive un truc je pourrais pas me dire "c'est à cause du mauvais oeil, j'aurai dû la fermer, j'aurai dû la fermer" et puis c'est un bon moyen de pas s'étendre sur ses réussites, de rester discret. Les libanais sont des dingues du "mauvais oeil" et en même temps ils te font un signe de croix à chaque fois qu'ils passent devant une église, pour moi les libanais ne sont pas religieux, ils sont juste excessivement superstitieux.
Ma mère m'a proposé qu'on aille voir avant la séance de 21h50 s'ils avaient pas retrouver le portefeuille, j'avais un peu la flemme mais on prendrait la voiture, ça irait relativement vite, il n'y aurait aucun contact avec le dehors, quelques rares déplacements et beaucoup d'escalators.
Après elle m'a dit "comme ça je prendrai deux packs de lait chez auchan pendant que toi tu demandes", en clair on allait faire les courses. On attendait l'ascenseur, je lui ai dit "bon, c'est bon j'irai demain" et je suis rentrée à la maison, ça sentait la dispute à plein nez, je me connais.
à 22h30 j'étais déjà dans mon lit, j'étais fatiguée et je lisais un peu, je me suis demandé si je survivrai jusqu'à demain comme ça, dans le doute et la crainte de ne pas le retrouver.

je suis allée sur internet pour voir les procédures à faire encasdeperteoudevol, il fallait raquer 100 francs pour la carte UGC, attendre 5 jours pour la carte weebzee. soudainement, je me suis sentie physiquement abattue. je m'imaginais passer le week-end sans aller au cinéma, dans ma chambre, à tailler toute la journée les crayons de mon pot à crayons.

Alors chez UGC, même espérance fragile et même appréhension que pour l'écharpe, le mec me demande mon nom et monte un ascenseur, avec les copines qui m'avaient dit
Cécilia : "bien fait, ça t'apprendras à aller au cinéma sans nous"
Julie : "bien fait, ça t'apprendras à sécher l'anglais"
on était toutes d'accord pour dire qu'on allait le retrouver mais qu'il n'y aurait plus l'argent.
Le mec, les yeux bleus tournés vers l'avenir, est venu avec un petit rectangle de cuir noir.
"merci beaucoup, merci beaucoup"
Tout y était, sauf bien sûr les 25 euros, (dans ma bouche j'avais arrondi la somme à 20 euros pour minimiser les réactions et peut-être finir par croire qu'il y avait vraiment 20 euros) ça me fait marrer parce que j'étais heureuse mais quand même, les gens sont de drôles de fils de pute, à leur place j'aurai eu du mal à dépenser le fric d'un malheureux.
Charlette m'a avancé pour le restaurant, elle m'a passé un billet de 20 euros et je pouvais m'acheter ce que je voulais avec. J'avais trop faim, mangé à 6h40 ça annule ce qu'on a ingurgité je trouve, c'est comme si on mangeait à 4 heures du matin, ça compte pas trop.
Je vois pas comment les gens font pour retenir ce qu'ils veulent commander, il faut retenir à la fois les noms et le nombre, ajoutez à ça les "s'il vous plait" et le bruit des gens autour. J'ai sorti mon carnet pour faire la liste, j'avais l'air trop trop trop conne mais ça va je le lisais pas non plus à la meuf, c'était comme pour faire un exposé devant la classe, il faut "s'adresser aux élèves".
j'ai pris 4 nems, 1 paté impérial (il porte bien son nom ce gros tas de graisse), deux samossas, des nouilles poulet/crevette, 4 boules de coco pour les copines. la meuf qui m'a servi et le mec qui a encaissé m'ont tout les deux fait la remarque comme quoi c'était beaucoup, j'ai dû leur expliquer un peu.
Charlette avait pas vu les oeufs dans son riz, elle aime pas du tout ça, c'est comme les gens qui détestent le ketchup, je me souviens d'une meuf qui chouinait quand on lui mettait du ketchup à côté de ses frites, chacun ses faiblesses j'ai envie de dire, perso j'ai que des points forts niveau bouffe, j'aime tout sauf les fruits de mer(de) à cause qu'ils ont l'air trop vivants, je suis pour le poisson pané, d'ailleurs je suis pour la panure en général. Donc comme j'aime tout je lui ai échangé mes nouilles qui ont la classe contre son riz aux oeufs, c'est après que je me suis rendue compte qu'il était pimenté à un truc qui ressemblait à du liquide vaisselle, je me suis dit "tant mieux, ça m'empêchera de trop manger".
De toute façon à chaque fois que je mange chinois c'est toujours la même chose, je me sens trop mal après, je me dégoûte, je gémis, je suis fatiguée, j'ai l'impression de mariner dans plein d'huiles différentes, je fais une petite dépression post-festin et je me promets à moi-même de ne pas manger ce soir. J'aurai voulu me planter une baguette au fond de la gorge pour pouvoir tout dégager. Il est maintenant 18h48 et pour l'instant je tiens.

En marchant vers les toilettes du Dôme il y avait plein de gens assis sur les marches, les fesses sur une marche, les pieds sur l'autre en-dessous, ils mordaient dans des sandwichs qu'ils tenaient comme des flûtes, avec les deux mains. Je les fixais avec insistance because j'avais pas mes lunettes alors je savais pas s'ils me remarquaient, en tout cas moi je les remarquais et c'était comme si je tombais amoureuse d'eux tous en même temps, de l'espèce d'insouciance de la quotidienneté qu'ils représentaient à mes yeux. On a décidé de faire un tour chez Toy'r'us, j'étais très fatiguée et je racontais absolument n'importe quoi aux nanas. Que j'aille dans un magasin de jouets ou une boutique d'armes je trouve toujours un moyen de me créer de nouvelles envies.
Vous saviez qu'une poupée Corolle coûtait 80€? Bordel.

Metronomy - On dancefloors
il y a un passage dans cette chanson avec une espèce de cri de violon ou de je sais pas quoi, je l'entends comme une plainte agressive et assez bouleversante.

6 commentaires:

ashorlivs a dit…

« 100 Francs »

Murielle a dit…

je vois, tu veux que je te le convertisse,

ça fera 15,24€

Anonyme a dit…

15,24? De mon temps c'était 15euros tout ronds.
Encore un coup de l'inflation, ça (ou pas).

Anonyme a dit…

Quoi tu seches l anglais ?

T es pas un peu folle ?

L anglais ca sert a tout !

Murielle a dit…

th th, ça a toujours été 15,24€ = 100 francs mon bonhomme.


et je sèche l'anglais si ça me dit.

Anonyme a dit…

cine-philo.fr: , pour ceux qui aiment le cinéma et la philo (vous?), première séance de l'année 4 octobre au MK2 bibliothèque à 11 heures "le temps du désir"