dimanche 10 août 2008

tranche datant du 6 août

On est resté tellement longtemps chez l'opticien que le mec qui s'occupait de nous nous a offert le café, il nous a demandé à ma mère et à moi si on voulait boire quelque chose "thé ou café?" ma mère a dit "un café", "et mademoiselle?" ma mère a répondu pour moi "rien", je me suis retournée, trois paires de lunettes entre les doigts, comme si je tenais des flûtes à champagne, je l'ai vite repris, choquée, "un café s'il vous plaît", "ah bon un café alors". pendant qu'il préparait le café j'ai dit à ma mère "j'ai mon canderel dans mon sac", j'étais assez contente de moi, elle aussi.

j'essayais les lunettes de soleil, je commençais à saturer, à ne plus distinguer les différences entre chaque paire, c'était toujours le même écran hautain et noir. je voulais quelque chose de sobre avec des verres les plus sombres possibles, rien de trop à la mode, genre lunettes mouche, le café allait refroidir alors j'ai écourté la recherche, trop de choix, trop d'hésitations, et puis les strass sur les branches, les marques écrites en énorme et en doré et qui gâchaient tout, j'ai finalement opté pour des gucci toutes noires avec un simple G noir gravé sur les branches, pour la vue j'ai des calvin klein assez simples, plutôt rondes, monture noire, plus fines que mes wayfarer, le coin extérieur remonte un peu vers le haut, façon secrétaire 60's, ça me va.
En quittant l'opticien, soulagement dans la voix, je me souvenais avoir voulu retourner chez l'ophtalmo pour avoir des lentilles et que je me retrouvais encore avec des lunettes, l'ophtalmologue avait dit à ma mère de prendre rendez-vous le matin pour qu'elle me fasse porter des lentilles et puis que je revienne 3 heures plus tard pour voir si ça allait, j'avais trouvé ça trop chiant, ces 3 heures, je m'imaginais aller au cinéma. après il y a eu un malentendu, je n'ai pas bien compris si ma mère avait réellement pris rendez-vous, au téléphone elle hésitait entre deux jours avec la secrétaire puis en raccrochant elle ne m'avait rien dit, croyant que j'avais compris qu'un rendez-vous était fixé. on s'est un peu disputé sur ce point "mais je croyais que t'avais compris", "mais normalement quand j'ai un rendez-vous tu m'appelles le matin pour me réveiller", dans sa façon un peu légère de me gronder je comprenais que c'est elle qui avait tort et bien sûr ça ne sert à rien de lutter. il y a des personnes (pour ne pas dire tout le monde) qui n'avoueront jamais qu'ils ont tort, bon je ne vous apprends rien, mais vraiment, se battre avec eux, c'est éreintant, ça donne envie de suffoquer, parfois de pleurer, on a besoin de leur aveux.

le mec m'a donné les lunettes de soleil dans une très grande boîte, le fait qu'il me refile la paire d'exposition me choque toujours autant. Maintenant la mode est aux grosses lunettes avec des grosses branches et je sais pas si vous avez déjà vu mais les boîtiers sont de plus en plus énormes, des espèces de gros blocs encombrants, j'ai ça pour les miennes.

ensuite nous sommes allées chez darty voir un peu les lecteurs dvd portable pour moi, pour le voyage. on comparait les prix avec ceux de la fnac, j'ai mangé une pomme sur le trajet qui mène de l'opticien jusque chez darty, ça faisait longtemps que j'avais pas fait les magasins avec ma mère, elle marche plus lentement que moi et je devais toujours un peu m'arrêter pour qu'elle me rattrape. ça faisait aussi longtemps que j'avais pas mangé de pomme, je me souviens de cet automne que j'ai passé à manger des oranges, trois par jour, je m'en souviens parce qu'en même temps je parlais à gabriel sur internet et je lui disais "bon je vais manger une orange" ou alors "je mange une orange". francis ponge dit de bonnes choses sur l'orange, je taperai le passage cet hiver.

j'ai laissé ma mère au centre commercial, à 20 heures j'avais prévu d'aller voir "Belle de jour" au cinéma, c'était pour un festival au cinéma Le Latina, la première fois que j'y suis allée c'était avec Cécilia et Charlette pour "La Soledad", c'était le seul cinéma qui le diffusait encore, après j'avais dit à Cécilia "je reviendrai plus jamais là, la meuf de la caisse est trop méchante", puis finalement j'y suis retournée pour "mariage à l'italienne" et là pour "Belle de jour" qu'il rediffuse à l'occasion du festival qui se tient pendant les vacances. Toutes ces reprises d'anciens films pendant les vacances c'est tellement mais tellement agréable.
pendant que je faisais la queue une nana m'a demandé si je voulais remplir un questionnaire pour "mieux connaître les spectateurs du Latina", le monsieur devant moi à fait tomber sa malette, je la lui ai ramassée, je crois qu'il ne m'a pas dit merci. j'ai "acheté" ma place, je doutais depuis hier pour savoir si ma carte ugc allait être acceptée parce que dans le Pariscope il y avait écrit "Carte UGC Illimitée Acceptée sauf séances exceptionnelles", et je me demandais si les séances du festival faisaient parties des séances "exceptionnelles", bon ça a marché, j'étais contente. J'ai pris un crayon à papier dans mon sac et j'ai rempli le questionnaire le plus sincèrement possible.
le film était extraordinaire, ça m'a mise de bonne humeur et en sortant j'ai marché un peu dans cette ville désertée, c'était vraiment très émouvant, très apaisant, la tombée de la nuit, les oranges gourmands des lampes à sodium, les lettres du café "Sarah Bernhardt" tracées dans la nuit, le bac à sable vide devant les jardins éphémères de l'hôtel de ville, du monde devant la bouche de métro châtelet, la station est évacuée, ça m'incite à marcher encore, toujours sans limites, la solitude devient tranquillité, les couples sont mes complices, les touristes sont sages, je suis fascinée par les intérieurs des appartements allumés, je discerne des bureaux, des bibliothèques, beaucoup de tableaux accrochés au mur.
après saint-michel, les assiettes éclatées au pied des restaurants grecs.

1 commentaire:

Marmite a dit…

Du Canderel dans son sac ?? oO